Autopsie du Coeur

Lundi 24 septembre 2012 à 14:45

Ok, il est trop tard pour rattraper le temps perdu. Je n'ai pas la patience de revenir deux mois en arrière et faire un résumé quotidien. A croire que j'ai perdu ma rigueur d'antan, j'aurai dû consigner le tout au jour le jour. 
Voici donc un résumé. 
Ma vie à l'hôtel Barkly est une suite de débauche, de fêtes sans fins, de soirées trop arrosées, de flirts trop poussés et une touche de sexe (ne faites pas les prudes). Avec le recul aujourd'hui, je me dis qu'en deux mois, j'ai exprimé toutes mes frustrations aussi variées soient-elle. Pendant deux mois, je suis revenue à mon mode de vie anglais mais en dix fois pire, au point que certains pourront se dire que c'était malsain. Et peut être que ça l'était, mais en même temps, c'était nécessaire. 
Une fois qu'Aaron (l'américain) eut pris le large pour Brisbane, je me suis retrouvée seule. Mais bon. On sait bien que ça ne dure jamais bien longtemps. A force de croiser le même couple tout le temps, nous avons finit par faire connaissance. J'ai donc commencé à côtoyer Adam et Chelsea, deux anglais de Londres bien sympathiques (qui connaissent le RedBack hahahaha, c'est tellement bon de parler de cet endroit à l'autre bout de la planète). Et à force de m'arrêter pour discuter avec eux, j'ai rencontré le reste de la bande qui se formait petit à petit. Une équipe d'européens, composée de trois suédois, un autre anglais et des gens que j'ai oublié depuis parce qu'ils sont partis... 
Les soirées se sont enchaînées en même temps que je commençais le travail dans un nouveau restaurant dont je suis tombée amoureuse et dont je vous parlerai dans un article à part. Il faut dire que vivre au dessus d'un pub n'aide pas, tu descends voir qui est dans le coin, tu te retrouves à boire pendant des heures surtout qu'en semaine jusqu'à 20h les pichets de bière sont à $10. 
Antoine nous a rejoint, après avoir rejoint mon dortoir. Un petit français de 18 ans qui m'a épaté pour avoir le courage de se pointer en vacances en Australie tout seul. 
Le vendredi soir, les dégâts sont les plus considérables puisqu'une fois qu'on ait eu finit de boire en bas, on montent dans le club en haut. Les joies de l'ivresse tss. Mais je me suis presque bien tenue puisqu'au final je ne compte qu'une aventure suédoise (qui m'a porté sur les nerfs pendants des semaines, je vous expliquerai plus tard, ou pas). Pathétique d'aimer être le centre d'attention dans mon groupe majoritairement masculin...Et ce n'est pas rare que je me retrouve dans des situations impossibles. Et puis je me suis lassée, je suis surtout tombée super malade, entre le mode de vie fêtard, l'alimentation plus qu'aléatoire et d'une qualité fortement discutable, et les heures décalées de travail entre mes deux jobs. J'ai poussé le bouchon un peu trop loin, me suis retrouvée à faire un concours de t-shirt mouillé pour gagner $100, je suis repartie en Suède pour une nuit et après 3h de sommeil je suis partie traîner ma tête de cadavre au travail. J'ai tenté de remettre ça le soir-même puisque ma nouvelle équipe m'a trainé en boîte en ville, ait déclaré forfait après une bouteille de cidre et mis les voiles à 3h du mat agoniser dans mon lit. J'ai poussé le bouchon trop loin et me suis retrouvée coincée et tellement malade que la semaine suivante, à part aller au travail, je n'ai fais que me traîner en passant presque tout mon temps libre au lit. C'est cette semaine là que j'ai craqué parce que vivre dans un dortoir quand tu fais des horaires décalées avec des gens non respectueux, ça n'arrange pas les choses. J'ai trouvé une annonce sur Gumtree (le bon coin australien, ou anglais), passé un appel et le soir même après avoir passé la visite je me suis retrouvée avec un appart enfin. Dans quelques jours j'allais retrouver un brin de vie privée et emménager avec une Irlandaise que j'aimais déjà. 
Si vous pensez que j'ai des regrets ou remords, la réponse est non. Je me suis amusée, j'ai fais sauter toutes les limites sociales françaises, j'ai oublié pourquoi j'étais partie de mon pays au tout début et au final je me suis retrouvée libre enfin.
De ma vie à Barkly, il en ressort tout de même de bonnes habitudes, les nuits Trivial Pursuit tous les lundis, le karaoké le dimanche soir, les nouvelles amitiés, notamment avec le staff qui rapidement s'amuse de mes déboires sentimentaux (parce que oui, dans un backpacker, tout se sait. Mais du genre tu quittes la chambre de la personne avec qui tu as passé la nuit que tout le monde le sait déjà). Un nouveau couple d'amis plus âgé qui fait la balance avec tous les autres (ne vous méprenez pas, ils font autant la fête, mais plus modérément). 
La Suède a donné lieu à une histoire foireuse bien sûr. Heureusement que je ne suis pas comme Stella a vouloir m'investir dans une relation à l'étranger quand je sais que le temps m'est compté. Bon; je l'ai mal pris pendant un temps je l'avoue. J'en ai fais une blague ensuite. 
Et puis je suis partie à Adelaïde le premier week-end de septembre, me suis rendue compte que j'avais fais le bon choix en déménageant à Melbourne et je suis revenue. Depuis je me remets sur les rails lentement, entre la santé à se refaire, la confiance à revenir, et le retour sur Terre et mes projets de voyage nécessitant une meilleure utilisation de ma carte bancaire. 
C'est très succin comme résumé, et je n'aborde qu'un aspect majeur de tout ce temps, mais ne nous voilons pas la face. La majorité du temps a été passée à faire la fête, si je vous raconte une soirée, je vous en raconte dix. 

Par Pulse le Lundi 24 septembre 2012 à 15:47
Et tu as gagne le concours ?
Par AliceCrok le Mardi 25 septembre 2012 à 6:11
Presque, je suis arrivée deuxième :)) !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://autopsieducoeur.cowblog.fr/trackback/3207893

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast